« Déterminants de la faible qualité des données de vaccination des enfants de 0 à 18 mois dans le district sanitaire de manga au Burkina Faso. »

« Déterminants de la faible qualité des données de vaccination des enfants de 0 à 18 mois dans le district sanitaire de manga au Burkina Faso. »

-Zabré C.Achille : Direction de la Prévention Par les Vaccinations,ouaga BF :00226 70257733
-Dr Moussa MBOW, MPH &PhD, Directeur de l’Institut ICADES
-Dr sawadogo Bernard, CDC, BF
-Dr Kaboré William : Pédiatre, Direction de la Prévention Par les Vaccinations, Ouaga BF
-Zabré R.Hyacinthe, Ecole Nationale de Santé Publique BF
Zabré C.Achille

                    INTRODUCTION/CONTEXTE : L’Afrique est le continent ou la mortalité générale est très élevée. Cette situation est surtout causée par les maladies endemo-epidemiques telles que le paludisme, la tuberculose, la méningite et la rougeole. Ces maladies, dont la plupart sont pourtant évitables par la vaccination, affectent surtout les enfants de 0 à 5 ans. C’est pourquoi, la lutte contre ces maladies constitue une priorité pour les autorités sanitaires mondiales [PASEI2 CCISD]. La surveillance selon l’organisation mondiale de la santé (OMS), une donnée sanitaire est « un apport précieux de connaissances permettant de mieux cerner les problèmes et de choisir facilement entre plusieurs solutions possibles ». Au regard de cette définition, la donnée sanitaire de qualité constitue la pierre angulaire de tout système de santé et s’impose pour une bonne planification sanitaire [BF, Ministère de la Santé,2000, Direction des Etudes et 6Ila Planification. Bulletin Epidémiologique et d’information Sanitaire n°45.31 pages]. En effet, une donnée de mauvaise qualité peut nuire à l’ensemble d’un programme et engendrer fortement une mauvaise prise de décision. Compte tenu de cette importance, le Burkina Faso en adoptant la politique des soins de santé primaires à la conférence de alma Ata en 1978, a inclus le volet collecte et analyse des données statistiques comme neuvième composante, pour ainsi mettre l’accent sur la production de données sanitaires [BF, Ministère de la Santé, Module de formation du SNIS et surveillance épidémiologique. 55 pages].

Dans le domaine du programme élargi de vaccination (PEV), lance par l’OMS en

1974, la collecte des données de vaccination est capitale dans son processus gestionnaire. Ces données de vaccination constituent la matière première de l’information du PEV. Ainsi, l’objectif de la gestion des données de vaccination est donc de fournir de l’information pour la prise de décision et la gestion efficiente du PEV [BF, Ministère de la Santé, Module de formation du SNIS et surveillance épidémiologique. 55 pages].

Malheureusement, il existe encore de nombreuses insuffisances en matière de qualité des données de vaccination du PEV de routine. En effet, selon l’OMS, les données de vaccination présentent des incohérences dans de nombreux pays.

Au niveau du Burkina, le PEV a fait l’objet d’audits respectivement en 2002 et en

2005 avec des indices de qualité de 57,60% et de 88,66% et en a relevé de nombreuses lacunes.

Au District Sanitaire (DS) de MANGA, des insuffisances dans la gestion des données de vaccination de routine ont été plusieurs fois notifiées au cours des supervisions de routine organisées par l’Equipe Cadre du District (ECD), la Direction régionale de Santé(DRS) et aussi de la Direction de la prévention par les Vaccination(DPV).Aussi l’analyse des données de vaccination a montré que le district de manga présente des couvertures vaccinales en DTC-HepB-Hib3 en deçà de la moyenne nationale(100%) de 2014 à 2016. A savoir ,86,52 % en 2014 ;88,10% en 2015 et 83,17% en 2016(source : Base DPV 2016).

Notons que dans la plupart des cas, ces insuffisances sont dues entre autres aux erreurs ou aux omissions pendant le remplissage des supports, à des incohérences entre les doses sorties et les doses administrées et à des discordances entre les données sur des fiches de coches et celles des rapports mensuels de vaccination.

Au regard de ce constat, il nous paraît nécessaire de mener une étude afin de mieux cerner les déterminants de cette faible qualité des données de vaccination de routine au district sanitaire de MANGA.

Cet article a pour objectif d’étudier les déterminants de la faible qualité des données de vaccination de routine dans le district sanitaire de MANGA. Plus spécifiquement

Il s’agit d’apprécier les connaissances des prestataires de soins en matière de traitement des données de vaccination de routine du district sanitaire de MANGA, d’apprécier la motivation des prestataires de soins en matière de traitement des données de vaccination de routine du district sanitaire de MANGA, d’écrire l’organisation du système de traitement des données de vaccination de routine au district sanitaire de MANGA, de recueillir les opinions et les suggestions des enquêtés sur la qualité des données de vaccination de routine au district sanitaire de MANGA et enfin formuler des  recommandations/suggestions  pour  améliorer  la  qualité  des données de vaccination de routine au district sanitaire de MANGA.

      Méthodologie : Il s’agit d’une étude transversale à visée descriptive

Dans la présente étude notre population a concerné :

les prestataires de soins impliqués dans la production des données de vaccination (PIP / DV) en service dans les centres de santé et de promotion sociale (CSPS) du district sanitaire de MANGA (60) que sont : les infirmiers chefs de postes (ICP), les responsables PEV (R/PEV) des CSPS. Les membres de l’Équipe Cadre du District sanitaire de MANGA. Les membres de l’Équipe de la DRS MANGA

Les    techniques utilisées ont été l’entretien semi-structuré, l’observation non participante, l’auto-administration du questionnaire. L’enquête s’est déroulée dans les CSPS du DS de MANGA pendant la période du 26 au 29 Décembre 2017

La mise en page des résultats et la mise en forme ont été faites à l’aide du logiciel Microsoft Word version 2 0 1 0.

   RESULTATS : Parmi les 60 prestataires ,57.41% des PIP / DV des CSPS ont plus de 3 ans d’ancienneté dans leur corps. L’ancienneté moyenne calculée est de 3,7 ans.

Pour la qualité des données de vaccination. Le résultat donne pour les 60 PIP des données de vaccination des CSPS : 22 satisfaisants et 38 non satisfaisants. Nous avons obtenu :  x2 =0,60 avec p=0,74270 (p>0,05).  Il n’y a pas un lien statistiquement significatif entre la qualification et la qualité des données.

Pour la relation entre la variable « ancienneté » et la « qualité des données »

Nous avons obtenu : x2 =9,80 avec p=0,00740 (p<0,05). On conclut qu’il y a une association statistiquement significative entre l’ancienneté et la qualité des données.

Parmi les 60 prestataires enquêtés, 22 (37%) connaissent les principes généraux du SCADV, contre 38 (63%) qui ne connaissent pas ces principes. Ainsi 71% (10/14) ont un indice de qualité des données satisfaisante contre 33% (14/46) qui        ont une connaissance insatisfaisante des principes généraux du SCADV ; p=0,00182872 (p<0,05). Il existe donc un lien statistiquement significatif entre la connaissance des principes généraux du SCADV et la qualité des données. On conclut que la connaissance des principes généraux du SCADV entraine la qualité des données.

Quatorze (14) prestataires soit 22,22% connaissent l’utilité de la collecte des données de vaccination contre 46 soit 77,78% qui ne connaissent pas l’utilité de collecter des données.

Soixante-quinze pour cent (75%) (12/16) des Prestataires Impliqués dans la production des données de Vaccination (PIP/DV) ont une connaissance de l’utilité de la collecte des données de vaccination et présentent un indice de qualité des données satisfaisantes. Par contre 22,72% (10/44) n’ont pas une connaissance satisfaisante de l’utilité de la collecte des données. La différence entre les proportions est statistiquement significative (p<0,05).

          DISCUSSION : L’objectif général de notre étude a été d’étudier les déterminants de la faible qualité des données de vaccination de routine dans le DS de MANGA. Pour ce faire, nous avons émis trois hypothèses dont les variables ont été les points autour desquels nos discussions se sont focalisées.

Les agents itinérants de santé représentaient 37%, tandis que les infirmiers d’Etat représentent 48% et les infirmiers brevetés 15% des prestataires interrogés. Ces niveaux de qualification professionnelle correspondent théoriquement au niveau souhaité pour mener à bien les tâches de collecte et d’analyse des données de vaccination.  Le test de khi-carré montre l’inexistence d’u lien statistiquement significatif entre les qualifications des prestataires et la qualité des données de vaccination (2 =0,60 ; p=0,74270 > 0,05 au seuil de signification &=5%).

Au regard des résultats obtenus, il ressort que la performance moyenne obtenue pour les connaissances sur le SCADV n’est satisfaisante ni chez les prestataires des CSPS (18,51% pour un niveau attendu de performance minimale fixée à 80%), ni chez les membres ECD (64% pour niveau attendu de 80%).

 iPlus de la moitié des prestataires des CSPS, soit 62,96% ne connaît aucun principe du SCADV. Seulement, 18,52% connaissaient au moins quatre principes. Le niveau de connaissance des principes généraux du SCADV a un lien statistiquement significatif avec la qualité des données de vaccination (2 =9,71 ; p=0,00182872<

0,05 au seuil de signification &=5%). KABRE T. R. [5] a trouvé un résultat similaire dans son étude où il affirme que 50% des agents ne connaissaient pas les principes du SNIS. Pourtant, ces principes sont l’ensemble des règles recommandées par la DPV en matière de collecte et d’analyse des données de vaccination. Cela interpelle les différents acteurs sur la nécessité de connaître et d’appliquer effectivement ces principes dans le SCADV afin de produire des données de qualité.

 D’une manière générale, une majorité des prestataires, soit 77,77% ne percevait pas l’utilité de la collecte des données de vaccination. Les réponses fréquemment citées par les enquêtés par rapport à l’utilité de la collecte des données sont le suivi/évaluation et la surveillance de l’état vaccinal. Cependant, les éléments comme la mobilisation des ressources, la planification, la recherche des perdus de vue et la surveillance épidémiologique sont peu cités ce qui dénote une insuffisance de connaissance de l’importance de la collecte des données de vaccination. Cette insuffisance générale de connaissances des prestataires sur l’utilité de la collecte des données de vaccination est objectivée dans notre étude par l’existence d’un lien statistique entre la connaissance de l’utilité de la collecte des données et la qualité des données (2=14,18 ; p=0,00016660<0,05 au seuil de signification =5%). [DIENG M, mémoire de fin d’études, IRSP, OUIDAH, 2003, 73 pages] dans son étude a révélé que la majorité des prestataires (72,5%) ignorait le bien-fondé de la collecte des données de vaccination. Une telle situation est préjudiciable à une collecte des données de vaccination. Plus l’utilité de ce que l’on fait est perçue, mieux l’on s’efforce à donner le meilleur de soi.

Plus des trois quarts des prestataires enquêtés, soit 85% de l’échantillon, n’ont pas été formés sur le SCADV au cours des deux dernières années. Ce résultat est en dessous de celui trouvé par KABRE T. R.[ KABRE T.R ,mémoire de fin d’études, ENSP, 2005, 73 pages. ] dans son étude où il affirme que 95% des  agents  n’ont  jamais  été  recyclés  sur  le  SNIS.  Par contre, la totalité des prestataires ne connaissent que la formation de base à l’ENSP sur le PEV qui ne prend pas en compte le SCADV. Cette situation ne permet pas aux prestataires d’adhérer à une démarche globale de gestion qualitative des données de vaccination.

La pratique de collecte des données pendant les séances de vaccination par les prestataires n’est pas satisfaisante. Les différents items entrant dans ce cadre sont insuffisamment développés.  En effet, 52% des items n’ont pas atteint le niveau minimum attendu de 80%. Ce sont entre autres, la non-réalisation des coches avant l’acte vaccinal, la réalisation de ces coches par des ASC, l’animation de la séance par un seul prestataire, des erreurs de coche à type de double coche, la non- tabulation extemporanée des coches sur la fiche. La plupart de ces points faibles sont des omissions liées au fait que l’animation de ces séances de vaccination n’est pas souvent préparée auparavant.  Ce manque de préparation des séances de vaccination constitue un facteur entravant la qualité des données.

Sur les 60 prestataires impliqués dans la production des données de vaccination des CSPS enquêtés, une part non négligeable, soit 30% (16/54) affirme ne pas faire une analyse locale des données de vaccination de routine avant de les transmettre au district. Pourtant, les résultats auxquels est parvenu SOLTANI C. [SOLTINI C

Tunisie, 2003,127pages] en Tunisie, dans son étude longitudinale sur l’impact de l’analyse sur la qualité des données de vaccination, démontrent l’intérêt de l’analyse des données de vaccination sur la qualité des données ; il conclut que le suivi/monitorage et surtout l’analyse contribuent à améliorer la qualité des données de vaccination.

En effet les prestataires qui déclarent ne pas procéder à l’analyse locale des données de vaccination, conçoivent la collecte des données comme une tâche administrative sans objet pratique avec pour implication un SCADV qui ne débouche pas  sur  aucune  décision  pour  son  amélioration.  Ce cycle incomplet expose le SCADV à un épuisement, à une démotivation des différents acteurs et à une gestion inappropriée des données de vaccination.

          CONCLUSION /RECOMMANDATION : En effet, il ressort de nos résultats une insuffisance de connaissance des prestataires sur le SCADV et une méconnaissance de l’utilité de la collecte des données. Cette situation a une répercussion négative sur la qualité des données. Aussi nous retenons que la motivation des prestataires reste faible.  Ce manque de motivation pourrait par son caractère démotivant, influencer négativement sur la qualité des données de vaccination. A cela s’ajoute une insuffisance des instruments d’organisation du SCADV, toute chose qui ne favorise pas une collecte de données qualitatives. Notre étude ayant décelé ces insuffisances, nous avons donc fait des recommandations/ suggestions à l’endroit des différents acteurs.          Il s’agit essentiellement, de renforcer les connaissances des prestataires des CSPS et des membres de l’ECD sur le SCADV, de développer des mécanismes de motivation à l’endroit de ces acteurs et d’améliorer le système de collecte et d’analyse des données de vaccination de routine.

Mot clé : qualité des données de vaccination

(Visited 1 times, 5 visits today)